Questions / réponses

1 - Qui peut m’aider ou aider mes parents qui vivent à domicile ? 

2 - Existe-t-il des aides financières et qui peut m’informer ? 

3 - Qu’est ce qu’un CLIC ? 

4 - Qu’est ce que l’ADPA ? 

5 - Quelles solutions d’accueil existe-t-il en Vendée pour accompagner les personnes âgées ? 

6 - Existe-t-il des dispositifs spécifiques d’aides ou d’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées ? 

7 - Que dois-je faire si je suspecte une situation de maltraitance ? 

8 - Vous avez une question spécifique ou souhaitez contacter notre équipe ? 

   

1 - Qui peut m’aider ou aider mes parents qui vivent à domicile ?

Le maintien des personnes de plus de 60 ans à domicile peut demander un accompagnement, dans les tâches de la vie quotidienne (ménage, jardinage, démarches administratives, courses, vie sociale... ). 

Pour les personnes en perte d’autonomie, il est parfois nécessaire d’organiser un accompagnement pour la réalisation des actes essentiels de la vie courante (le lever, la toilette, l’habillage, l’alimentation et les déplacements). 

Ces aides permettent dans le même temps de soutenir l’entourage familial lui-même aidant principal. Pour d’autres personnes une présence régulière peut être sollicitée. 

Il est important de noter les actes de soins, dont les soins de nursing qui relèvent d’une prescription médicale et doivent être réalisés par des infirmières libérales ou des centres de soins à domicile. 

Les activités d’aide aux personnes âgées en perte d’autonomie répondent à des exigences de qualité renforcées. La législation requiert donc des organismes un agrément qualité pour les services d’aide à la personne. 

    

2 - Existe-t-il des aides financières et qui peut m’informer ?

Des avantages financiers pour les personnes qui font appel aux services d’aide aux personnes existent. Certaines aides financières destinées à rémunérer une aide à domicile, dont l’allocation départementale personnalisée d’autonomie (ADPA), peuvent être conditionnées par votre âge, et par l’évaluation que fera votre médecin quant à votre autonomie.    

Vous pouvez vous renseigner sur vos droits en contactant les centres locaux d’information et de coordination gérontologique (CLIC) dont les coordonnées figurent sur la carte des CLIC. 

   

3 - Qu’est ce qu’un CLIC ?

Les CLIC, autorisés par le Président du Conseil départemental, et que le Département de la Vendée soutient financièrement, sont des « guichets uniques » décentralisés sur l’ensemble du département qui informent, orientent et accompagnent les personnes âgées et leur famille. 

En Vendée, il existe 13 CLIC qui couvrent tout le territoire (voir carte). 

Au sein de chaque CLIC, une équipe pluridisciplinaire composée notamment de travailleurs sociaux, d’infirmières, de psychologues est au service des usagers âgés et/ou de leur famille. Cette équipe travaille en lien avec l’ensemble des professionnels locaux (services d’aide à domicile, services de soins, services sociaux, médecins, infirmières libérales, établissements d’hébergement, hôpitaux … ) pour apporter une réponse adaptée et coordonnée aux besoins des personnes âgées . 

   

4 - Qu’est ce que l’ADPA ?

C’est une allocation versée aux personnes dépendantes âgées de plus de 60 ans. Elle a pour objectif de financer des services d’aide à la personne favorisant leur autonomie dans les gestes quotidiens (toilette, déplacements, repas, courses, ménage…). 

La perte d ’autonomie est évaluée par un médecin ou une infirmière du Conseil départemental et s’appuie sur le certificat médical transmis par le médecin traitant de la personne et sur la grille AGGIR (autonomie, gérontologie, groupes iso-ressources). 

Le plan d’aide est élaboré par un travailleur social et validé en équipe pluridisciplinaire et mis en place après accord de la personne. 

   

5 - Quelles solutions d’accueil existe-t-il en Vendée pour accompagner les personnes âgées ?

De très nombreux hébergements et solutions d’accueil existent sur notre département, elles regroupent : 

  • Les établissements médicalisés,ou Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes(EHPAD) qui sont autorisés conjointement par l’Agence Régionale de Santé et le Conseil départemental de la Vendée. Ces établissements doivent répondre à des critères de qualité tant au niveau des conditions d’hébergement qu’au niveau des mesures spécifiques d’accompagnement mises en œuvre pour assurer une prise en charge adaptée des personnes accueillies.    
  • Les établissements non médicalisés (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées = EHPA, Petites Unités de Vie = PUV, Maisons de Vie et Maison d’Accueil Rurales pour Personnes Agées = MARPA) dont l’implantation est autorisée par le Conseil départemental et qui répondent eux aussi à des critères de qualité spécifiques.
  • Les Familles d’Accueil Sociales pour personnes âgées qui sont, elles, agréées par le Président du Conseil départemental après une évaluation précise garantissant, le bien être des personnes accueillies, la permanence de l’accueil et le libre choix des professionnels de santé. Chaque famille d’accueil bénéficie d’une formation initiale et d’un suivi organisés par les services du Département.

   

Dans ces trois types d’hébergements, trois modalités d’accueil sont possibles : l’accueil ou l'hébergement permanent, l’accueil temporaire et l’accueil de jour. Elles répondent à des besoins différents : 

  • L’hébergement à titre permanent permet lorsque le maintien à domicile n’est plus possible et que la personne en fait le choix de trouver un lieu d’accueil adapté.
  • L’hébergement temporaire répond aux besoins de répit pour les familles, ou d’attente d’une structure permanente, ou encore de maintien en structure d’hébergement après une hospitalisation et avant un retour à domicile. Ce type d’hébergement peut s’organiser dans différents établissements médicalisés ou non ou en familles d’accueil.
  • L’accueil de jour est une solution de répit et d’accompagnement des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Ils proposent tant un répit pour les familles qu’une prise en charge spécifique des personnes atteintes de cette maladie.   

6 - Existe-t-il des dispositifs spécifiques d’aides ou d’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées ?

L’aide aux personnes âgées désorientées et à leur famille est un axe prioritaire des actions menées par le département. 

  

Le soutien à domicile

Les aidants familiaux sont les principaux soutiens des personnes âgées alors que souvent eux-mêmes doivent faire face à leur propre vieillissement. Aussi, ils doivent être soutenus pour continuer à assurer une prise en charge de qualité auprès de leurs parents âgés touchés par la maladie d’Alzheimer sachant que dans cette maladie l’accompagnement est délicat et éprouvant. 

Dans ce cadre, le Conseil départemental de la Vendée, dès 2008, a conclu un partenariat avec l’association France Alzheimer Vendée. En lien avec le réseau des CLIC de Vendée on été financées des rencontres dites « Soutiens Familles  ».  Chacun des 13 CLIC de Vendée est  le relais de 6 rencontres de deux heures chacune. Certains CLIC organisent également avec l’Agence Régionale de Santé des ateliers, « Fil mauve », d’aide aux aidants. 

Ces rencontres, animées par des professionnels - psychologue, infirmière - et des bénévoles de l’association France Alzheimer Vendée, proposent des réponses à la souffrance qu’éprouvent les familles accompagnant un proche atteint de la maladie d’Alzheimer. 

L’équipe pluridisciplinaire d’évaluation du Conseil départemental de la Vendée apporte une attention toute particulière aux plans d’aide financés par l’allocation départementale d’autonomie dans les situations complexes et fragiles. Elle prend en compte les difficultés entraînées par la maladie et son retentissement sur les aidants familiaux. 

Enfin, dans le cadre du déploiement des maisons de l’autonomie et de l’intégration des malades Alzheimer (MAIA) prévu par le décret du 29 septembre 2011, le Département a décidé de soutenir et d’accompagner les CLIC dans leur démarche de s’inscrire dans ce dispositif. Ainsi, au titre de l’appel à projet lancé le 1er février 2012, l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire (ARS) a retenu pour la Vendée, le projet présenté par le CLIC du Littoral visant à mettre en œuvre un dispositif MAIA sur le territoire Ouest de la Vendée en partenariat avec les CLIC Coord’Age de Challans, Pays Mer et Vie de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et à compter du 1er juillet 2012 avec le CLIC du Pays du Pont d’Yeu. 

  

Les solutions de répit et d’accueil de jour spécialisé

En renfort au maintien à domicile assuré grâce à l’aide des proches et des professionnels existent d’autres dispositifs : unités d’accueil de jour autonomes, places d’accueil de jour en établissement ou familles d’accueil agréées. Ce sont à la fois des solutions de répit pour les familles et des réponses d’accompagnement adaptées aux personnes. 

 Ces formes d’accueil proposent aux personnes des activités spécialisées qui vont les aider à maintenir leurs acquis et à prévenir l’évolution de la maladie dans un lieu d’accueil adapté. 

Ces accueils à la journée permettent aussi aux aidants de bénéficier de temps pour « souffler », rencontrer d’autres personnes confrontées aux mêmes difficultés et les aider à veiller sur leur propre santé. 

  

L’accueil en établissement

Le Département a intégré les nouvelles labellisations (Pôles d’activités et de soins adaptés (PASA) et unités d’hébergement renforcées (UHR)) prévues dans le dispositif national Alzheimer 2009-2012. La formation des professionnels intervenant au sein des établissements médicalisés est également prise en compte. Des plans de formation au sein de chaque EHPAD  sont développés. Des formations sur la « Bientraitance » et l’accompagnement spécifique des personnes désorientées sont régulièrement réalisées. 

Association FRANCE ALZHEIMER VENDEE  

 www.francealzheimer.org/
119 bd des Etats-Unis - B.P. 3
85001 - LA ROCHE SUR YON CEDEX
Téléphone : 02 51 43 71 05 

    

7 - Que dois-je faire si je suspecte une situation de maltraitance ?

Pour rappel la définition de la maltraitance a été donnée par le Conseil de l’Europe dès 1990 : 

« tout acte ou omission commis qui porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou qui compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière » 

    

La notion de personne vulnérable : 

Cette notion de vulnérabilité liée notamment à l’âge est reprise dans le droit. 

Ces dispositions légales et déontologiques permettent donc quand la maltraitance est évoquée de signaler ces situations à l’autorité administrative ou judiciaire(Procureur de la République, Préfet, Conseil départemental, ARS). 

La résolution de ces situations est souvent complexe, surtout quand la maltraitance a lieu au domicile et au sein des familles. Elle exige une analyse pluridisciplinaire de personnes compétentes et connaissant les situations locales. Un numéro d’appel unique national  existe en France et il permet de préserver la confidentialité, l’indépendance, la neutralité et le respect de l’autonomie de la victime, c’est le 39 77

ALMAltraitance en Vendée :

Centre d’Ecoute Coordonnées Permanences
ALMA 85
(Vendée)
BP 343
85009 LA Roche sur Yon cedex
Tél : 02 51 24 14 20
Fax : 02 51 24 14 20
E-mail : alma.vendee@wanadoo.fr
Site Internet : www.alma-france.org/
mardi et jeudi 9h30 - 12h30

  

Le rôle du Conseil départemental de la Vendée :

  • Prévention de la maltraitance, en participant à l’élaboration des plans d’aide ADPA, en soutenant les actions de formation des professionnels, en participant à la mise en place de groupes de parole pour les aidants familiaux avec France Alzheimer Vendée.
  • Mission de contrôle des établissements médico-sociaux et familles d’accueil qu’il autorise (ces contrôles peuvent s’exercer en lien avec les services de l’Etat)
  • Contrôle et analyse systématique des situations en cas de signalement auprès du Conseil départemental

  

Une majorité de cas peut être résolue et la maltraitance cesser par une prise de conscience, une information, une concertation entre intervenants, un signalement aux autorités responsables ou par la simple mise en évidence qu’il y a maltraitance, c’est pourquoi il est important d’agir.   

8 - Vous avez une question spécifique ou souhaitez contacter notre équipe ?

(*) Les champs suivis d'un astérisque doivent être obligatoirement renseignés.